L'oracle du Mana, la guérison polynésienne

'Ia Ora Na,


Il est en ligne et déjà dans les boites aux lettres de ceux et celles qui l'ont commandé ! En ligne ici


L’Oracle du Mana

Un jeu de cartes pour apprendre à connaître les outils de guérison polynésienne


L’Oracle du mana est dédié à l’énergie sacrée polynésienne qui serait équivalente au tchi et au prana, plus connus. Ce jeu est composé de 54 cartes originales. Les dessins sont inspirés des livres officiels de tatouage marquisien et tahitien. Nombre des symboles ont été associés pour transmettre la signification sacrée portée par chacune des images.


Le jeu combine les éléments les plus connus sur la Polynésie comme le monoï, la perle, le tatouage, la fleur de tiaré, les animaux marins (baleine, requin, raie manta) considérés comme les totems de la famille, ou encore le massage (taurumi en polynésien) avec des éléments qui font partis de la richesse polynésienne comme le marae – le temple, le taro - racine, le uru – arbre à pain, etc. Le graphisme épuré combine les tatouages et l’effet tapa – le « parchemin » sur lequel les Polynésiens dessinaient.



A la découverte de la richesse de la guérison traditionnelle polynésienne

L’Oracle du Mana propose des conseils basés sur les piliers fondamentaux de la guérison sacrée énergétique polynésienne comme :

  • les ra’au tahiti, l’ensemble des savoirs ancestraux sur les vertus médicinales des plantes.

  • les rites traditionnels à l’exemple du Umu ti, un rite de purification qui permet à l’individu de se nettoyer à l’arrivée de la saison sèche.

  • les pouvoirs du tahu’a, un terme traduit par prêtre ou expert. Les tahu’a de la Polynésie d’antan détenaient des savoirs précieux et des pouvoirs spirituels, ils seraient les « chamanes » polynésiens.


Les mots et les apprentissages autour de la guérison polynésienne sont issus du triangle ma’ohi. Ce jeu mélange des éléments sacrés venus de Hawaï, Nouvelle Zélande, Île de Pâques et de Polynésie française, comme par exemple, le Ho’oponopono hawaïen, approche de guérison connue et pratiquée dans le monde entier.




Les piliers de la guérison polynésienne

Plusieurs cartes de ce jeu initient au soin énergétique, une pratique intégrée à la sagesse et la guérison traditionnelle polynésienne. Plusieurs cartes utilisent des principes des soins énergétiques polynésiens dont Vairua, les esprits qui pouvaient s’emparer de l’âme d’une personne ; Korou, mot néo-zélandais qui qui signifie « canal » et souvent représenté par une spirale ; ‘Avei’a qui pourrait se traduire par « boussole » ou « repère » et ensemble d’enseignements à la navigation aux étoiles. Ces différents exemples illustrent les piliers fondamentaux de la guérison polynésienne :


  1. Upo’o : l’esprit en tahitien pour ouvrir, acquérir des connaissances et développer la conscience de soi ;

  2. Tino : le corps ou comment entretenir une relation harmonieuse avec son corps, renforcer son énergie et la connexion à ses sensations ;

  3. Fenua : la nature et son foyer pour interagir avec l’extérieur et son monde intérieur pour mieux se respecter et respecter ;

  4. Tama’a : le repas permet de nourrir son souffle sacré et nourrir notre conscience pour mieux vivre le présent ;

  5. Tahu’a : l’expert qui fait accéder à la connexion spirituelle et qui relie à la part supérieure de notre être, à notre énergie divine.

Le mana, au cœur de l’énergie de guérison

Énergie sacrée venue des îles polynésiennes, le mana est un souffle et une approche de vie. Invisible, indescriptible, insaisissable, il unit les Polynésiens, qui sont dotés de ce pouvoir intuitif et authentique. Riche de ses symboles, de ses divinités et de sa médecine traditionnelle, la sagesse polynésienne recèle de nombreux secrets encore peu connus. L’Oracle du mana dévoile certaines de ses facettes et certains de ses mystères.




Energie, force, autorité, pouvoir, magie, créativité, art, mot secret à ne pas prononcer… Le mana provoque des réactions multiples du dédain à la passion, l’ignorance ou la peur. Ce « concept » a été discuté par de nombreux scientifiques connus. Le mana désigne une énergie, une approche du sacré partagée par les peuples du triangle polynésien qui s’étend sur un territoire aussi grand qu’un continent de Hawaï au Nord, la Nouvelle Zélande à l’Ouest et l’Île de Pâques à l’Est. Cette unité culturelle inclut également les peuples pratiquant les langues austronésiennes dont fait partie la langue tahitienne.


O vai oe ? La place de l’eau dans la guérison polynésienne

Ressource vitale, l’eau est un élément incontournable de l’identité polynésienne. En tahitien, plus de deux cents mots sont composés du mot vai ou se réfèrent à l’eau sous toutes ses formes. L’eau qui jaillit, l’eau saumâtre, l’eau du puits, l’eau de l’océan… Une des premières questions lors d’une rencontre est « o vai oe ? » qui signifie dans le langage commun, qui est-tu ? ou comment t’appelles-tu ? Littéralement, cette phrase se traduirait par « quelle est ton eau ? » c’est-à-dire « Quelle est ton identité ? » Dans la tradition polynésienne, demander l’eau d’une personne, c’est écouter ses racines, recevoir son chemin et partager ce qui fait l’humanité de notre condition humaine.


A Tahiti, les aspects du cycle de l’eau enseignentla connexion sacrée. Lagon, cascade, rivière, source, pluie, océan, eau de coco… L’eau est présente sous toutes ses formes et ses attributs (à l’exception peut-être de la neige !) L’eau forme l’imaginaire polynésien. Turquoise, bleu cyan, outremer, bleu roi, transparente, émeraude… Les milles et une nuances de l’eau forment la beauté des îles polynésiennes. Derrière la carte postale du bungalow sur pilotis et d’une plage de sable blanc, l’eau raconte les légendes, les rituels, les secrets du mana polynésien.


O Vai Oe ?


Deux jeunes femmes piquées au tiaré et aux énergies


Céline et Sophie se sont connues au fil de plusieurs séances de soins énergétiques. Toutes les deux professionnelles de la communication, elles ont noué une belle amitié en plus de mener des projets originaux comme la création d’un jeu de l’oie sur le mana de la rivière Faaone à Tahiti ou un guide intitulé Je suis Manaïfique. Ensemble, elles aiment décrypter les symboles sacrés et les mémoires intergénérationnelles autour d’un mojito ou d’une eau gazeuse citronnée.


  • Céline Hervé-Bazin écrit depuis son enfance. Elle consacre son doctorat à cette ressource fascinante, sa thèse portant sur les entre l’eau et les femmes. Experte reconnue, enseignante, écrivain, Céline exerce ses multiples métiers et reçoit régulièrement pour des soins énergétiques.

  • Sophie Harris est graphiste de formation, elle propose des créations artistiques à différents clients en attachant une attention particulière à la touche polynésienne. Découvrez Totara Communication.


L’Oracle du Mana est édité par les Editions Véga / Guy Trédaniel.

Information : celinehervebazin@gmail.com


VaiHere

54 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout