Les mémoires de l’eau, alchimie des énergies


Ia Ora Na,


Quand je suis devenue médium, j’ai reçu une belle claque. Puis en me relevant de ma terre, j’ai repris le fil de mon mental d’experte et chercheure. J’ai mené un diagnostic émotionnel axé sur l’eau, j’ai réalisé des recherches sur la mémoire de l’eau, j’ai modélisé des cerveaux et des états de l’eau autour de 11 étapes de développement de soi formant « le soin de l’eau alchimique. »



En exerçant, j’ai appris à délimiter des mémoires de l’eau autour de nos organes et j'ai pu repérer des répétitions de ces mémoires autour de schémas « karmiques » ou « intergénérationnel. » Peu à peu, j’ai libéré une compréhension des mémoires de l’eau comme réseaux d’information et communication expliquant les capacités de médium que je vivais.


L’eau est un grand réseau de communication visible et invisible

Ma thèse s’intitulait « Eau, Femmes et Développement Durable. De l’invisible au visible. » En pratiquant les soins énergétiques, j’ai appris à décrypter l’invisible des mémoires du corps. J’ai compris que nous étions tous « faits d’eau. » Cette eau, nous l’émanons continuellement. Elle flotte sous forme gazeuse à travers notre sueur. Elle envoie des informations continuellement. Nos pores de la peau eux reçoivent les informations des eaux extérieures continuellement.


L’eau de notre corps forme des ondes magnétiques ou « les énergies invisibles » qui cohabitent autour de nous. Le médium ne fait que se connecter à « cette rivière » d’information. Il a installé un programme de téléchargement « eau invisible » et se connecte aux mémoires de la personne… A ses mémoires de l’eau.




Les mémoires de l’eau

La mémoire de l’eau est une thèse scientifiquement très discutée. Jacques Benvéniste a tenté de prouver l’existence biologique et chimique des mémoires de l’eau. Il suffit de regarder autour de nous pour comprendre que l’eau est mémoire. Termes, moulins, vis d’Archimède, système métrique, canaux, robinet… L’eau raconte l’histoire des civilisations. Elle est notre némésis, la mémoire absolue et relative de notre Humanité.


Dans notre corps, l’eau est le premier vecteur de communication déjà par la quantité qu’elle représente dans notre corps mais aussi, par sa force énergétique. Notre cerveau fonctionne mal en absence d’eau. Notre eau génère une force magnétique constante qui permet aux réseaux de nos structures nerveuses, osseuses, hormonales, lymphatiques, sanguines, veineuses, musculaires, psychiques de fonctionner. Notre eau est la cellule souche à la fois embryonnaire qui envoie des informations nouvelles et à la fois adulte, qui stagne et préserve des informations essentielles à notre corps.


Cette eau forme les mémoires de notre corps. Elle absorbe nos émotions, les émotions de l’extérieur, les émotions collectives de notre univers et notre Humanité. Ces mémoires de notre eau forment les secrets des images, des réactions, des sensations qui constituent nos expériences et nos réactions. Elle est la chambre de notre inconscient tel à l’océan magique et profond et tel aux nuages qui couvrent les montagnes d’un manteau mystérieux. L’eau raconte la vie de notre être, notre corps-esprit et notre âme.



L’eau, miroir de l’âme

Bien souvent, j’ai comparé l’eau à un miroir. Son reflet nous révèle nos parts d’ombre, nous interroge sur nos valeurs, nous dévoile nos souvenirs… La mémoire de l’eau témoigne des traces des valeurs qui font l’Humanité. En s’attardant sur l’eau qui reflète mon âme et non mon apparence telle à Narcisse qui pêche l’égo, nous atteignons l’égalité des eaux… L’eg-eau. Nous comprenons que l’eau nous enseigne la source, le flot, l’éternité. Elle est ce fleuve où l’homme se baigne et assiste à la danse de l’univers bienveillant.


La poésie des onze eaux nous dévoile nos « eaux » désignant notre intérieur et nos valeurs.


  1. La source ou la fontanelle, la source des sources, l’origine de l’eau. Cette eau travaille sur les mémoires de la conception à la naissance jusqu’à la fin de la formation de la fontanelle (environ 18 mois)

  2. Le ruisseau devient rivière et fait converger les sources. La rivière est la rencontre de l’arbre familial et social. L’eau révèle les mémoires intergénérationnelles et issues de la société de référence. Ces mémoires forment le programme inconscient jusqu’à 7 ans.

  3. La cascade ou les eaux qui lâchent et génèrent simultanément. La cascade symbolise la conscience de soi et la découverte de la sexualité. La sexualité désigne les mémoires alchimiques du féminin et du masculin. Ces mémoires rapportent aux jugements liés au sexe, aux traumas conscients et inconscients portés par l’Humanité autour de la guerre des genres et à l’apprentissage de son potentiel créateur manifesté de 7 à 18 ans.

  4. Le geyser, l’eau souffle et s’exprime. Le geyser est l’alliance de l’eau et de l’air, association très forte entre le cœur et la gorge. Les mémoires révèlent à l’identité de soi, à une synthèse très forte de l’extérieur vers l’intérieur et puis de l’intérieur vers l’extérieur. Les mémoires dépassent la seule maturité d’être, elles font accéder à la responsabilité d’être interdépendant aux autres êtres. Elle est l’expression de la première conscience énergétique.

  5. Le cycle ou la marée est l’eau lunaire, l’eau qui obéit aux mouvements de l’univers. L’être conscient réalise que l’univers agit sur son identité, son énergie et ses mémoires. Cette étape ouvre à l’apprentissage des énergies, des mystères de l’univers, de la magie des eaux.

  6. L’eau produite ou l’eau domestiquée suit un chemin de transformation conscient. Dans l’apprentissage, la part d’ombre est révélée. Les mémoires de l’eau domestiquée initient aux mémoires akashiques, à la boite à pandore du karma, à la totalité des possibilités de nettoyage. L’être apprend à séparer et les vertus imparables du Ho’oponopono.

  7. L’eau recyclée repart à la nature ou meurt. En apprenant à choisir, nous apprenons la vie ou la mort. Les mémoires de l’eau révèlent la simplicité des choix et font accéder aux énergies fondamentales de guérison.

  8. L’eau gazeuse ou l’évapotranspiration de l’eau. Elle se confond avec le lagon signalant l’eau entre la terre et la mer, un espace d’entre-deux où elle apprend que l’eau est en entre-deux perpétuel. Les mémoires libèrent l’acceptation fondamentale du présent.

  9. L’eau solide, le gel ou la rosée, est l’eau qui se fixe et change d’état. Les mémoires transmutent. La structure est plastique et tout peut être modifié. La reprogrammation des eaux et des énergies est possible.

  10. L’eau souterraine ou ressource illustre l’eau des profondeurs inexplorées de l’océan et des nappes phréatiques. Les mémoires dévoilent l’importance du processus qui changent, acceptent et observent la manifestation. L’eau renvoie le message qui permet au cycle de recommencer.

  11. L’écume de la vague ou l’atome de l’eau, l’eau qui remonte à la surface et qui retourne au sable. Les mémoires témoignent de l’apprentissage et de l’atome pur de communication. Ce qui est véritablement « mémoire de l’eau » s’inscrit dans l’âme et l’expérience de l’être.

Ce processus de l’alchimie des mémoires de l’eau s’exprime autour de 11 points énergétiques ou 11 organes dont la symbolique et la pratique est expliquée dans la formation « Le soin de l’eau alchimique. »


Plus fondamentalement, les mémoires de nos eaux nous révèlent la nature même de qui nous sommes.


Dis-moi ton eau et je te dirais qui tu es !


Prenez soin de votre mana,


Céline

38 vues
0
  • Black Facebook Icon
  • Noir Icône YouTube
  • Noir Icône Instagram
  • Noir LinkedIn Icône

© 2023 by The Urban Art Store. Proudly created with Wix.com